dimanche 10 avril 2016

Bagan, encore des temples!

Notre deuxième journée à Bagan commence comme la précédente. Regarder le soleil se lever sur la plaine depuis un temple au alentours de 6h du matin. Pour la petite parenthèse historique, Bagan ce sont des milliers de temples en briques (il y en avait 4000 au 12e s.!) dans une plaine déserte et aride pour célébrer bouddha. Après le gros tremblement de terre de 1975, où beaucoup de temples ont été détruits, le gouvernement a restauré et reconstruit. Malheureusement les restorations n'ont pas toujours été faites dans le respect des architectures originales et le patrimoine de l'unesco déclassa le site. Le gouvernement de militaires birmans continue aujourd'hui à construire de nouveaux bâtiments (musée, tour d'observation, palace) défigurant le site.
Ce matin, contrairement à la veille (le chauffeur nous avait déposé à un point touristique connu), nous avons vadrouillé en scooter dans le sable pendant un quart d'heure avant de jeter notre dévolu sur un temple isolé. Il y a seulement un couple de touristes allemands avec nous pour immortaliser ce moment. Puis, en partant, ils nous laissent seuls apprécier ce moment privilégié. Seuls... pas vraiment, le gardien des clés est là et veille. Il est celui qui, désigné par le département archéologique (corruption?), va ouvrir la grille barrant l'entrée du temple et éclairer la montée parfois périlleuse des marches menant aux terrasses extérieures. Seuls certains temples ont un accès restreint et les touristes laissent en général un petit billet à la sortie. On comprend pourquoi les jeunes de Bagan préfèrent reprendre le business de gardien de temples des parents plutôt que d'aller à l'école...








De là nous allons nous perdre en scooter dans le dédale de chemins de terre et de sable de la plaine. Nous allons alors de surprises en surprises.... Pour être franc nous ne nous sommes pas aussi bien organisés que d'habitude du coup nous n'avions pas de parcours plannifié en fonction des temples à voir. Le bon côté c'est que nous avons fonctionné un peu au feeling et avons pu voir des petits temples perdus que la plupart des touristes ne voient pas.









Vers 10h il fait déjà chaud et nous rentrons à l'hôtel pour prendre un petit déjeuner et profiter de la piscine. Sur les coups de 15h nous repartons à l'aventure sous un soleil de plomb et comme la veille nous sommes surpris par une telle chaleur: le vent bouillant nous brule la peau! Notre objectif: trouver le magasin de parasols traditionnels! Lorsque nous trouvons enfin le magasin (après plusieurs stops sur la route pour admirer les temples) nous somme ébahis par la beauté de ces objets artisanaux et leur couleurs éclatantes! Il y en a pour tous les goûts, tailles,  couleurs et motifs tous aussi beaux les uns que les autres. Le choix est difficile!

Après nos achats nous partons en direction du temple buledi pour le coucher du soleil. En fait nous nous perdons dans la plaine et nous retrouvons au pied d'un petit temple que nous décidons d'explorer. Nous saluons le boudha habituel au centre et cherchons le petit escalier sombre comme dans les autres temples: bingo! Avec la lampe torche du téléphone portable nous nous engouffrons et accédons aux étages superieurs. La vue est superbe et tout fiers, assis sur notre temple nous voilà à discuter face au soleil couchant assis sur les briques encore chaude d'un temple millénaire... inoubliable moment, hors du temps,  comme suspendu dans un rêve...



Nous partons ensuite manger un délicieux repas végétarien et rentrons à l'hôtel. La veille nous avions acheté des objets en laque à un vendeur sympa. Nous voulions en plus de ce que nous venions d'acheter un vase gravé qu'il n'avait pas avec lui. Du coup il nous a dit qu'il le déposerait à notre hôtel. Nous avions donc tout payé en même temps en espérant pouvoir lui faire confiance. En fin d'aprem n'ayant toujours rien reçu nous pensions nous être fait avoir mais le soir venu un superbe vase bien emballé nous attendait à la réception... Tous les gens rencontrés à Bagan ont étés adorables et vraiment si nous avions su à l'avance nous aurions ramené des stylos, des échantillons de parfum, des habits...tellement de choses qui pour eux sont si précieuses, afin de les distribuer!

jeudi 7 avril 2016

Bagan: beauté intense au milieu des plaines arides...

Le trajet en bus fut assez comfortable et nous arrivons aux aurores dans une gare de bus en périphérie de la vielle ville de Bagan. Il est à noter que lors de l'un des arrêts lors du trajet en bus vers une heure du matin nous avons dû attendre le chauffeur debout sur un parking miteux parce tous les murets où nous aurions pû nous assouir étaient envahis de cafards grouillants en tout sens. Sacré moment de rigolade (enfin rire jaune surtout).
À la sortie du bus un chauffeur nous alpague pour nous mener à l'hôtel. Il est 5h30 et nous sommes crevés de nos 9h de bus du coup nous rêvons de la piscine de l'hôtel et d'un petit déjeuner. Pourtant lorsque le chauffeur nous propose de s'arrêter sur le chemin pour voir le soleil se lever sur la plaine nous acceptons. On se reposera plus tard! La montée le long d'une facade du temple ..... Est très raide, limite dangereuse, du coup on garde les yeux sur les marches devant soi et arrivés au sommet: quelle surprise!

video

C'est majestueux. Des dizaines, des centaines de sommets de temples semblent flotter dans la brume du matin tels des fantômes du passé. À perte de vue la plaine est parsemée de ces vestiges du passé qui nous contemplent, nous la génération internet, troublant le silence méditatif par le crépitement des appareils photos.




Un tel spectacle a un effet similaire chez tous les spectateurs, une sorte de béatitude, les chuchotements remplassent les cris, la respiration se fait plus profonde, le coeur ralentit, on se surprend à arrêter de photographier pour graver dans nos rétines un spectacle si majestueux comme pour se persuader qu'il est bien réel.
Alors que le soleil apparait à l'horizon les couleurs changent progressivement et nous voilà en train de tout re-photographier à nouveau.


Il est 8h lorsque nous arrivons à l'hôtel. La chambre n'est pas prête bien sûr mais on peut prendre un petit déjeuner bien mérité. C'est délicieux! Une fois rassasiés nous prenons notre courage à deux mains et repartons à l'aventure en scooter cette fois.
Il fait plus chaud maintenant mais ça reste supportable et nous allons de temples en temples visiter ce "old Bagan".





On est tout de même plus intéressés par les articles à acheter que par les temples ce matin et nous finissons par faire des folies: par içi des pantalons, par là de la lacque, là bas des poteries et içi des peintures. À midi on fait quelques clichés mais on s'est surtout vidé les poches et rempli le sac à dos.



Du coup cap sur l'hôtel. Il fait maintenant bien trop chaud et la piscine nous attend.


Sieste obligatoire et à 17h nous ressortons voir quelques temples de plus et profiter des lumières du couchant. Comment expliquer la sensation de chaleur qui nous a assailli? Le même effet que lorsque l'on ouvre un four pour humer la bonne odeur d'un plat. Ce vent chaud qui s'en dégage, c'est exactement ce que nous ressentons sur le scooter et plus nous accélérons plus la sensation de chaleur s'accentue. On a même un fou rire tellement c'est surréaliste. On sort cette fois un peu plus des sentiers battus et cela nous permet de faire de superbes découvertes (comme se splendide temple abandonné où un superbe bouddha nous attend) et des rencontre insolite (comme les deux papis conversant dans le couchant au milieu des temples ou alors le troupeau de chèvres qui courant autour des temples soulève un nuage de poussière). On entend gronder l'orage il est temps de rentrer car demain nous nous levons de nouveau aux aurores, vu la chaleur insoutenable de l'aprem' il vaut mieux profiter le matin!